La création le péché d’origine

La création, le péché d’origine

Donné par Jésus par la bouche de Danièle Le 12 mai 2005, chez Martine à Roubaix, une ville où la population est bien éprouvé par le chômage et les maux qui l’accompagne.

Ce que je vais vous dire aujourd’hui, je vais vous le dire avec toute ma tendresse. Lorsque le Père a créé la création, toute sa pensée était tendue vers l’amour. Il ne pensait qu’à vous aimer, qu’a vous offrir ce qu’il y avait de plus beau. Rien n’était souillé. Tout était de la beauté resplendissante de sa création. Et la main de Dieu est pure et ce qu’il crée n’est pas souillé. Au jardin d’Eden tout était saint et tout était soumis à Adam. Car dieu ne donne pas pour prendre et pour reprendre. Il donne et tout est donné, gratuitement. Il est reconnu que l’homme ne devait pas rester seul et il lui donne une compagne. Cette compagne, Eve s’est laissée soudoyer par l’ennemi et cela fût la convoitise. La convoitise du pouvoir de Dieu, d’être comme des dieux. Dieu est unique et trinitaire à la fois, et sa trinité est resplendissante d’unité et son unité est parfaite. La Source du Cœur qui s’est donnée pour m’offrir à vos cœurs a été conçue dès le commencement des temps et le Verbe devait recevoir la grâce d’une mère, toute pure. Et lorsque Dieu révéla cela à ses anges. Lucifer se révolta et refusa l’amour que Dieu lui présentait pour l’homme et divisa les anges, que Saint Michel expulse sur terre, car on obéit à Dieu et on se soumet à Dieu. Eve fut tentée, devient insoumise, reçue le poison de l’ennemi par sa convoitise, se tourna vers l’homme pour lui offrir ce poison. Et tous les deux tombèrent et se retrouvèrent nus. La tâche originelle était là et ce que Dieu dit devait s’accomplir. Il reçurent la promesse de Dieu : la mort, la douleur de l’enfantement et le travail à la sueur du front. Voilà ce qu’il vous a valu le péché d’origine. La semence de mort était semée. Et Caïn assassine Abel. Encore aujourd’hui Caïn cherche toujours à assassiner Abel, puisque Dieu a accueilli l’offrande d’Abel qui était offerte avec le cœur. Pourtant sa conscience à Caïn l’a corrigé, mais son cœur s’était durci et il l’a tué. Son péché l’a envoyé errer, mais il a plaidé sa cause à Dieu et Dieu l’a béni sept fois. Si vous méditez cela, vous réaliserez que vous avez toujours un assassin près de vous qui œuvre pour vous détruire et vous tuer et vous donner une semence de mort qui vient de l’orgueil et du péché : toutes ces convoitises.
En moi, tout a été restauré : la création des hommes. Mais vous n’êtes pas dans le temps de la rédemption. Elle est accomplit. Et c’est vous qui devez la choisir. Et lutter contre cela qui veut la mort de votre âme. Je suis rédempteur et ma mère corédemptrice, nouvel Adam et nouvelle Eve. Sa soumission au Père fut totale. Tout a été offert dans l’amour, gratuitement. Toute donnée. Toute soumise. Toute obéissante. Et moi, je me suis soumis à elle et à mon père Joseph, puisque Dieu l’avait choisi. C’est une école d’amour Nazareth. C’est une école de silence. Où on œuvre, où on lit la parole, où on l’on travaille. Où ma mère éduque la parole et l’obéissance à Dieu, car elle fut enseignée au temple. Elle reçu la demande de sa belle sœur comme vous le dites dans ce monde, de la famille de Joseph d’éduquer Jude et Jacques.
Et ensemble, nous avons avancé dans l’éducation de la loi du Père. Et je me suis soumis à cette éducation. J’ai obéi et je me suis soumis, comme vous devez le faire vous-même à l’éducation reçue par ma Mère. J’ai prié comme elle me l’a enseigné. Et j’ai cherché Dieu. Cette relation d’amour avec mon Père, qui peu à peu à la fois, s’est développé de plus en plus en moi par la méditation et la prière. Si vous lisez les évangiles attentivement, les écritures sont vivantes. La parole de Dieu nourrie, vous forme, vous purifie. Renoncez à vous-même,
à votre orgueil, à vos vanités, à vos bêtises humaines et vous vivrez. Vous n’êtes pas dans le temps de la joie.
Vous avez péché, tellement péché, que la terre est remplie de sang et d’ivrognerie. De folie et possédé du pouvoir d’avoir, du pouvoir sur Dieu. Humiliez-vous. Repentez-vous. Vous ne recevez pas la gloire de Dieu sans repentance. Elle vient comme le petit : celui qui sait qu’il ne peut relever la tête. Celui qui sait que ses souillures ne peuvent se présenter devant tant d’amour qui a été refusé et qui n’a pas voulu voir les prophètes, entendre le déluge, réfléchir à la mer rouge et penser à ma Croix. L’Amour a intercédé. Et vous soyez bénis.
Et l’adoucissement des labeurs qui vous ont été offert par les mécaniques vous ont comblés d’ingratitude et de paresse. Beaucoup sont de plus en plus paresseux et nous arrivons comme au temps de Sodome et de Gomorrhe.
De nouveau la Bête se vautre parmi vous et vous lui ouvrez vos maisons et vos temples. En l’accueillant et vous vous y jetez. Cela fait des années que nous venons sur la terre pour vous aider, ma Mère et Moi : Lourdes, Fatima, Paray le monial, la Salette ; c’est pour l’eucharistie qu’elle a pleuré et ce qu’elle a dit est arrivé. A Medjugorje elle a dérangé : Elle parle beaucoup trop.
Pas d’écoute ! France de plus en plus déserte ! Elle s’est rebellée. Il est temps que vous ressuscitiez, que vous changiez de vie, vous français, car je vais me retirer pour vous laisser recevoir ce que vous avez semé. Car vous n’avez pas écouté le sens des prières, jeûne, la confession, l’adoration. Lorsque je rencontre une âme, j’ai la délicatesse de ne pas l’affoler, de la juger, de l’exhorter. Que de nuques raides. Que de bouches pleines de vociférations de l’ennemi. Je suis là mendiant à vos cœurs. Revenant sans cesse pour vous chercher, vous sauver. Vous me dédaignez…la coupe est pleine, elle déborde. Si je vous laisse encore dans de telles dévastations, je ne trouverai personne lors de ma venue.
Aussi, je viens pour faire justice. Et purifier les âmes qui veulent écouter, obéir, se soumettre, non pas à leur volonté, mais au désir du Père. Le désir du Père, Je suis là pour le créer en vous par mon sang et mes plaies. Et si vous le demandez, vous avez le mystère eucharistique. Vous avez la nourriture pour vous sortir du péché par la confession et la nourriture que je vous ai donné le jeudi saint. Judas s’était infiltré avec moi et je ne l’avait pas cherché. Il est venu seul me chercher. Je lui est donné les mêmes bénédictions qu’à mes apôtres. Et comme eux, il a chassé des démons et guérit des malades, mais sa racines était mauvaise. Et l’appas du gain, parce qu’il ne s’est pas prémunis à Dieu, a fait qu’il est tombé à tout jamais. On ne se moque pas de Dieu impunément. Je ne vais pas vous proposer un mariage, ni l’évangélisation. Nous avons demander de prier, de jeûner, de vous repentir et nous vous avons enseigné cinq cailloux qui vous ont été offerts : la sainte messe avec la parole. Vous avez tout reçu pour vous libérer de votre cancer, comme vous dit ma mère. Les hommes sont pécheurs, mais l’Eglise est Sainte.
Et quoiqu’il puisse arriver pour chercher à la dominer, les fondements de l’Eglise sont établis depuis le jeudi saint. Depuis mon Saint Sacrifice, j’ai tout accompli. Je suis avec vous dans l’Eglise, petite eucharistie d’amour jusqu’à la fin des temps. Je reviens bientôt, trés, trés, très bientôt. Je vais vous demander de faire le rosaire ensemble chaque jours, de confesser mensuellement, de m’adorer dans l’eucharistie, de vous unir dans la charité, et de vous entraider comme les apôtres, de vous aimer les uns les autres, d’accueillir, de ne pas critiquer, de vous aimer. Et si vous vous soumettez à ma demande, au bout d’un petit temps de purification, vous en verrez les fruits de ma parole qui s’établit dans votre vie. Faites aussi le chapelet de la miséricorde pour sauver les âmes. Vous deviez être toute la journée en prière, mais je suis un Dieu de miséricorde. Continuez vos recherches de travail. Priez les uns pour les autres. N’ayez pas peur. Je veux pour vous la Vie, le paradis.
Je suis en train de bâtir le monde de l’amour et je vais vous transformer pour vous ramener au Père. Soyez à l’écoute du Saint Esprit. Faites silence, écoutez, arrêtez le bruit de la télévisions qui vous assassine avec ses messages subliminaux, ses musiques sataniques ces vers poux qui vocifèrent leur chants de mort et de révolte. Faites vous renouveler votre intelligence par l’Onction du Saint Esprit et quémandez l’amour qui vous manque car vous êtes vides et sans amour. Vous avez besoin d’être rempli de ma charité et bonté. Intercédez le Saint Esprit.
Faites une neuvaine : vous en verrez les fruits. Et faites là souvent. Et quémandez aux anges de vous accompagner pour œuvrer avec vous. Si c’est la volonté du Père, vous le recevrez. Demandez, vous recevrez. Frappez, et l’on vous ouvrira. Et nous allons bientôt remonter vers les cieux, quitter la terre. Car Dieu ne veut pas les abominations. Jusqu’au jour où je viendrai pour tout établir selon sa volonté. Je ne vous abandonne pas. Je suis avec vous dans vos cœurs.
La mission que vous devez avoir, c’est d’être fidèle à mon Eglise, aux sacrements : ce que vous a donné ma maman. Ouvrez la bouche et je parlerai à votre place. Témoignez des grâces reçues et sachez reconnaître vos amis. Ne vous trompez pas. Priez pour eux. Priez pour ceux qui sont enchainés. Priez pour vos ennemis. Demandez pour eux. C’est cela que veut le Père. Je suis venu vous sauver.
Allez en paix.

Association «Laisse toi aimer»        www.laissetoiaimer.fr

Laisser un commentaire